SHOTOKU-TAISHI


SHOTOKU-TAISHI
SHOTOKU-TAISHI

SH 牢TOKU-TAISHI (573 env.-621)

Fils de l’empereur Y 拏mei, Sh 拏toku-taishi naît en un temps où la cour de Yamato, qui a fait reconnaître sa suprématie sur le pays qui devait prendre le nom de Nihon («[pays] d’où vient le soleil»), est agitée par les querelles des grandes familles. En 587, quand les Soga éliminent les Mononobe et les Nakatomi qui se sont posés, dit-on, en adversaires du bouddhisme mais qui étaient leurs rivaux, le prince, quoique très jeune, se range à leurs côtés. En 593, après l’assassinat de l’empereur Sushun, inspiré sans doute par les Soga, et l’intronisation d’une femme empereur, Suiko, il est nommé prince héritier et exerce jusqu’à sa mort une influence réelle sur les affaires; cependant, de gré ou de force, il conserve de bonnes relations avec les puissants Soga. Il a été instruit par un moine coréen et paraît avoir une connaissance, exceptionnelle pour son temps, des lettres chinoises et des écritures bouddhiques. Il commence l’œuvre de sinisation de la cour et de la société japonaises, qui devait se poursuivre au cours du VIIe siècle et aboutir à l’organisation de l’«État ancien régi par les codes» à la chinoise. Cependant, à l’aube de cette période d’emprunts massifs au puissant empire continental, le prince prend soin, dans la rédaction des lettres qu’il adresse à la cour de Chine, de désigner le souverain du Japon par le titre nouveau de tenn 拏 («souverain du Ciel»), pour le placer sur le même pied que l’empereur de Chine. Les étudiants qu’il envoie avec l’ambassade de 608 devaient prendre une part active aux grandes réformes de 645.

L’œuvre politique et sociale de Sh 拏toku-taishi se résume dans le texte connu sous le nom de Constitution en dix-sept articles (604), qui n’est pas un texte organisant le gouvernement et définissant son rôle et ses prérogatives, mais une instruction morale, fondée sur le confucianisme et le bouddhisme, à l’usage des grands et du peuple. Harmonie, soumission à l’empereur dont la place est semblable à celle du Ciel par rapport à la Terre, obéissance aux rites et honnêteté, nécessité de choisir pour chaque emploi le meilleur et de distribuer judicieusement les récompenses, de ne prendre les décisions importantes qu’en conseil, tous ces points devaient constituer les lieux communs de la morale politique ultérieure. En outre, en organisant en 603 un système de douze rangs de cour, le prince aurait essayé d’introduire au Japon le principe des choix et de l’avancement, fondés non sur la naissance mais sur le mérite. Cette première tentative aurait déjà abouti à un compromis sauvegardant les deux critères.

Sh 拏toku-taishi, qui est lui-même dévot et savant, fait du bouddhisme une religion officielle protégée par la cour et la protégeant par ses prières. On lui attribue la fondation de nombreux temples; ainsi il est certain que les temples de H 拏ry -ji et le Shitenn 拏-ji lui doivent leur existence. Leur construction donne une impulsion à l’architecture, à la sculpture et à la peinture qui, grâce aux artistes venus du continent, atteignent soudain maturité et perfection, comme en témoignent la triade du H 拏ry -ji ou le célèbre Miroku du Ch g -ji. La position, le rôle, l’influence de ce prince dans une cour dominée par les Soga sont difficiles à apprécier avec exactitude; cependant, très tôt, la postérité lui a attribué le mérite d’avoir posé les bases du régime ancien et de la morale nationale, et lui a voué un culte.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Shōtoku-taishi —   [ʃotɔkutaiʃi], eigentlich Umayado, japanischer Staatsmann, * 574, ✝ 622; Prinz; war seit 593 Regent unter Kaiserin Suiko (✝ 628). Shōtoku taishi trat für die Übernahme der chinesischen Festlandskultur und die Bildung eines zentral geführten… …   Universal-Lexikon

  • Shotoku Taishi — Gemälde des Kronprinzen aus dem 8. Jh., zu seiner Seite sind sein jüngerer Bruder und Sohn 10.000 Yen Geldschein mit dem Prinzen Shō …   Deutsch Wikipedia

  • Shōtoku Taishi — Gemälde des Kronprinzen aus dem 8. Jh., zu seiner Seite sind sein jüngerer Bruder und Sohn 10.000 Yen Geldschein mit dem Prinzen Shō …   Deutsch Wikipedia

  • Shōtoku, Taishi — ▪ Japanese regent and author original name  Umayado   born 574, Yamato, Japan died April 8, 622, Yamato       influential regent of Japan and author of some of the greatest contributions to Japanese historiography, constitutional government, and… …   Universalium

  • Shotoku (prince) — Shōtoku (prince) Pour les articles homonymes, voir Shōtoku. Sculpture du prince Shōtoku à Asuka Dera, Asuka Le prince Shōtoku …   Wikipédia en Français

  • Shōtoku (Begriffsklärung) — Shōtoku kann sich beziehen auf: Kōken tennō, auch bekannt als Kaiserin Shōtoku, die 46. und 48. Tennō Japans Shōtoku Taishi, Kronprinz, Regent und japanischer Kulturheld. Shōtoku, eine Regierungsdevise (Nengō) von 1711 bis 1716 unter dem 114.… …   Deutsch Wikipedia

  • Taishi — ist der Namen von Shōtoku Taishi (574–622), japanischer Kulturheld Taishi Ci (166–206), General der Wu Dynastie zur Zeit der Drei Reiche im alten China Taishi Xiang († 3. Jahrhundert), General der Wu Dynastie im alten China …   Deutsch Wikipedia

  • Shotoku — Gemälde des Kronprinzen aus dem 8. Jh., zu seiner Seite sind sein jüngerer Bruder und Sohn 10.000 Yen Geldschein mit dem Prinzen Shō …   Deutsch Wikipedia

  • Shōtoku — Gemälde des Kronprinzen aus dem 8. Jh., zu seiner Seite sind sein jüngerer Bruder und Sohn …   Deutsch Wikipedia

  • Shōtoku (prince) — Pour les articles homonymes, voir Shōtoku. Sculpture du prince Shōtoku à Asuka Dera, Asuka Le prince Shōtoku (en japonais 聖徳太子, Shōtoku Taishi …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.